Marine Le Pen ment sur le droit d'asile

Aller en bas

Marine Le Pen ment sur le droit d'asile

Message  Admin le Ven 11 Mar - 16:24

http://www.liberation.fr/politiques/01012323498-asile-les-grosses-ficelles-de-le-pen

Asile : les grosses ficelles de Le Pen
DESINTOX

La leader frontiste assure que le droit d'asile en France est contourné, en comparant les chiffres hexagonaux avec ceux de la Grèce... Elle omet de préciser que ce dernier pays est le pire exemple européen en la matière


«Le droit d’asile politique est contourné aujourd’hui. Je vais vous donner un chiffre: en France, 30%des dossiers de demande d’asile aboutissent, en Grèce, c’est 0,5%.»

Marine Le Pen le 20février sur France Inter

INTOX

Dans son offensive tous azimuts contre la politique d’immigration - forcément laxiste - du gouvernement, Marine Le Pen a toujours un chiffre choc dans sa manche. Le 20 février sur France Inter, la patronne du Front National affirmait ainsi : «le droit d’asile politique est contourné aujourd’hui. Je vais vous donner un chiffre : en France, 30% des dossiers de demande d’asile aboutissent, en Grèce, c’est 0,5%.»

DESINTOX

Les chiffres bruts peuvent être vrais, et ne rien vouloir dire. La statistique de 30% que cite Marine Le Pen correspond au taux global d’admissions des demandeurs d’asile en France en 2009 (29,4% pour être précis). Un chiffre qui s’obtient en tenant compte des décisions en première instance de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), mais aussi des décisions de la CNDA (Cour nationale du droit d’asile), la juridiction de recours vers laquelle se tourne la grande majorité des déboutés de l’Ofpra. Au total, la France a accordé la protection à 10 400 demandeurs d’asile en 2009 (les chiffres de 2010 seront connus prochainement). Dans le même temps, la Grèce octroyait la protection à 200 demandeurs d’asile, avec un taux de reconnaissance proche de 1%. Peut-on déduire quelque chose de cet écart spectaculaire ? La réponse est non.

Le premier problème est que les comparaisons internationales en matière d’octroi de l’asile, de manière générale, exigent une grande prudence. Les procédures divergent, et les pays ne comptabilisent pas de la même manière les demandes d’asile : certaines statistiques tiennent compte des mineurs accompagnants, d’autres pas. La France considère qu’un dossier correspond nécessairement à une personne, alors que d’autres pays peuvent associer une demande à une famille entière. Ajoutons aussi que la réponse à une demande d’asile dépend de la nationalité du requérant. Or, la nationalité des demandeurs varie selon les pays.

Mais le principal problème de la pseudo-démonstration de Marine Le Pen est qu’elle prétend illustrer les supposés dysfonctionnements du droit d’asile en France en le comparant à celui de la Grèce… un pays qui fait face à un important afflux de réfugiés et connaît de graves dysfonctionnement en matière d’asile. Difficile de choisir pire exemple. En fait, Athènes a même dû adopter il y a six mois un plan d’action national pour la réforme de l’asile, après avoir essuyé des critiques récurrentes de la part de l’Union européenne ou du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) pour son incapacité à se conformer aux règles internationales. Parmi les griefs : des procédures «très lentes», des dizaines de milliers de demandes en attente et le taux de reconnaissance «le plus bas de l’Union». Ce même taux que Marine Le Pen présente comme une référence.

En fait, si la responsable frontiste avait eu l’honnêteté de mettre de côté l’exception grecque, elle aurait eu le plus grand mal à accréditer sa thèse d’une France exagérément généreuse. En témoignent les derniers chiffres de l’institut statistique européen Eurostat pour 2009 (à interpréter avec les limites précédemment évoquées). Concernant les décisions de première instance, la France, avec 14,3% de réponse positives, est même en deçà de la moyenne européenne (27%), loin derrière l’Allemagne (36,5%) le Royaume-Uni (26,9%). Concernant les décisions en appel, la France se situe avec 27,4% de réponses positives au-dessus de la moyenne européenne (19%) mais sous l’Allemagne (34,1%) ou le Royaume-Uni (30%). In fine, ces deux derniers pays ont accueilli favorablement davantage de demandeurs d’asile en 2009 que la France : 12 055 et 12 510 contre 10 400.

Admin
Admin

Messages : 152
Date d'inscription : 22/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://laboite.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum