Xavier Raufer (M sécurité de la droite)

Aller en bas

Xavier Raufer (M sécurité de la droite)

Message  Admin le Mer 9 Mar - 14:30

Qui est Xavier Raufer ?



Auteur de nombreux ouvrages sur les menaces terroristes, il accorde aussi des interviews à la presse d'extrême droite, comme à «Réfléchir & Agir» en été 2005 (sur ce journal identitaire et racialiste CLIQUEZ ICI et au «Choc du Mois» en janvier 2010.

Spécialiste reconnu du terrorisme et de la criminalité internationale depuis le milieu des années 1970, Xavier Raufer, de son vrai nom Christian de Bongain, est aussi enseignant. Né en 1946, il est professeur affilié (selon son site Internet www.xavier-raufer.com), à l'Edhec, une grande École française de commerce. Il est également, directeur des études du Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines de l'Université Paris II et chargé de cours à l'École des officiers de la gendarmerie nationale. Internationalement connu, Xavier Raufer est encore membre du «Terrorism Studies Program Board» du Centre pour l'étude du terrorisme et de la violence politique de l'Université de Saint-Andrews en Écosse, professeur associé à l'École supérieure de la police criminelle de la République populaire de Chine et directeur de recherches associé au Centre de recherche sur le terrorisme et le crime organisé de l'Université de sciences politiques et de droit de Beijing, toujours en République populaire de Chine.

Officiellement communiste (sur un mode resté très staliniste, et une conversion au système capitaliste de surcroit), en Chine, où enseigne donc Raufer, les libertés individuelles et collectives sont sous étroites surveillances et l'enfermement dans de sordides prisons une «destiné» habituelle pour les dissidents chinois.

Auteur prolixe chez de grands éditeurs
Le parcours académique de Xavier Raufer est brillant, la liste de ses publications bien fournie: «Les nouveaux dangers planétaires-chaos mondial, décèlement précoce» (en 2009), «L'énigme Al-Qaida» (2005), «Le grand réveil des mafias» (2003), «La Mafia albanaise» (2000), «Violences et Insécurité Urbaines» (1998), «Le Chaos balkanique» (1992), «Atlas mondial de l'Islam activiste» (1991), «La nébuleuse : le terrorisme du Moyen-orient» (1987), «Terrorisme, maintenant la France ?» (1982)...

La plupart de ses ouvrages sont publiés chez de grands éditeurs : CNRS Éditions, Presses universitaires de France, éditions de La Table Ronde, J.-C. Lattès... Plusieurs ont été co-signés par Alain Bauer, autre criminologue français spécialisé dans les questions de sécurité urbaine, mais aussi connu pour avoir été l'un des conseillers en la matière des principaux ministres de l'Intérieur, de Jean-Pierre Chevènement à Nicolas Sarkozy. Grand Maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003, Bauer reste proche du pouvoir sarkozyste.


D'Ordre nouveau à la cellule élyséenne
Xavier Raufer n'a jamais caché ses appartenances politiques. Dès les années 1960 il adhère à l'extrême droite, rejoignant les rangs de mouvements rassemblant de jeunes néofascistes partisans de l'Algérie française. Il est membre du mouvement Occident puis prendra la direction d'Ordre nouveau (ON, successeur du mouvement Occident) qui donnera naissance en 1972 au Front national (FN) de Jean-Marie Le Pen. Lors de la rupture entre le FN et ON, en 1973, Raufer passe chez les Républicains indépendants, l'ancêtre du Parti républicain.

En 1981, après l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, le criminologue, et ex-cadre d'extrême droite donc, rejoint la cellule élyséenne comme consultant. Il semble, selon le spécialiste de la «Nouvelle droite» Pierre-André Taguieff, que malgré son travail pour les socialistes, Xavier Raufer serait resté proche de l'ultra droite, en particulier du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (Grece) d'Alain de Benoist.

Ne refusant aucune collaboration avec des organismes publics, des organisations partisanes ou des publications spécialisées, Xavier Rauffer accepte des interviews pour des journaux d'extrême droite, comme en janvier 2010, pour le «Choc du Mois». C'est sans doute dans cette même logique, qu'en février de cette année, il accepte l’invitation du Vlaams Belang, le parti nationaliste néofasciste flamand devenu dans notre pays le «néo-croisé» le plus fanatique dans la «résistance» à l'«islamisation de la société». Un souci que partagerait également Raufer ?

Admin
Admin

Messages : 152
Date d'inscription : 22/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://laboite.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum