Salazar et le portugal

Aller en bas

Salazar et le portugal

Message  Admin le Mer 9 Mar - 14:23

C'est un régime politique nationaliste, proche de l'idéologie fasciste de Benito Mussolini mais néanmoins distinct car d'inspiration différente, certes autoritaire mais pas totalitaire. L'État nouveau est ainsi surtout fondé sur le catholicisme et l'anti-communisme et ne prétend pas développer la puissance de l'État au même degré qu'un régime fasciste. En outre, reconnu pour son mode de vie simple et ascétique, Salazar introduit un faible culte de la personnalité, contrairement à d'autres dictatures de la même époque. Le régime avait pour devise officielle : « Dieu, Patrie, et Famille » qui dans les faits sera plus connue sous la dénomination du « triple F » pour fado, Fátima et football.

Dès lors, Salazar maintient son hégémonie personnelle avec le soutien de riches propriétaires, d'industriels, et de banquiers. Les syndicats et la presse indépendante sont abolis ainsi que toute opposition politique, dissidence ou autre institution hostile. Le parti communiste portugais (PCP) poursuivra son action clandestine de l'étranger avec son leader Alvaro Cunhal. Il crée le parti unique, l'Union Nationale, sur lequel il s'appuie et favorise l'Église catholique et les corporations pour prendre le contrôle de la société portugaise.

En économie, Salazar impose, surtout à partir de 1933, un régime corporatiste, inspiré des encycliques pontificales. Le corporatisme portugais se distingue du système italien en laissant une véritable autonomie aux corps de métier et à l'Église catholique, ce qui lui vaut d'être plébiscité en France par l'extrême-droite et la partie de la droite tentée par la solution corporatiste. C'est tout particulièrement net pour les questions agricoles. Bien des aspects de la Révolution nationale du Maréchal Pétain trouveront leur origine dans le salazarisme.

En 1933, il met en place une police politique, la PVDE (Police de Vigilance et de Défense de l'État), qui devient en 1945 la PIDE (Police Internationale et de Défense de l'État), puis après sa mort la DGS (Direction Générale de Sécurité). Elle est formée avec l'appui de la police italienne. Son rôle est de surveiller la population, de chasser les opposants au régime en métropole et dans les colonies et d'appliquer la censure.

Des prisonniers politiques sont incarcérés dans des centres de rétention où la torture est pratiquée, comme la prison de Caxias, près de Lisbonne, ou celle de Tarrafal, dans les Iles du Cap-Vert. L'armée et la police politique quadrillent le pays, en ayant notamment recours à des indicateurs, les "bufos", fondus dans la population.

Durant la deuxième guerre mondiale, il réussit à stabiliser les finances grâce à une politique monétaire restrictive au prix d'un déficit en biens alimentaires et d'une grande inflation.

Durant la Guerre d'Espagne, fidèle à ses préceptes anti-communistes, il apporte son soutien à Francisco Franco dans sa lutte contre les Républicains. Il ouvre ses ports au transit de matériels d'armement (armes, avions) fournis par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste au profit des nationalistes espagnols, et met à disposition des franquistes des moyens de communication et de propagande. Il permet également qu'une Légion portugaise de 12000 hommes participe aux combats contre les républicains. L’aide de Salazar, dans les six premiers mois du conflit, se révèle absolument décisive pour la victoire de Franco en 1939. Les relations personnelles entre les deux hommes ne seront cependant jamais amicales.
Source : Wikipédia

Admin
Admin

Messages : 152
Date d'inscription : 22/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://laboite.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum