Les "nationalistes autonomes"

Aller en bas

Les "nationalistes autonomes"

Message  Admin le Jeu 23 Déc - 19:33

http://documents.actionantifasciste.fr/histonaso/histonaso.html

Les "nationalistes autonomes" forment un phénomène nouveau et très dangereux en Allemagne. Il s'agit en effet de véritables fascistes: ce sont des "nationalistes" qui se prétendent "révolutionnaires" et ont un discours "social", revendiquant un "socialisme national".


Afin de semer le trouble, ils reprennent les graphismes et slogans révolutionnaires, pour apparaître pour des "révolutionnaires" qu'ils ne sont pas et avoir le maximum d'impact.


A partir de 1989 les nazis n'ont cessé de progresser en Allemagne. Devant l'interdiction systématique de leurs organisations ("Jeunesse Viking, "Alternative Nationale"...) ils se sont organisés en "camaraderies" de 20-30 personnes, c'est-à-dire en des groupes autonomes les uns des autres. Au milieu des années 1990 l'écrasante majorité des fascistes était dans une "camaraderie" ("kameradschaft": en allemand "kamerad" se dit entre soldats, et entre fascistes, comme en italien "camerati"; le terme de "camarade" pour les communistes étant "genosse").
Ces camaraderies existaient côte à côte avec le parti d'extrême-droite NPD (parti national démocrate), qui lui est légal et participe aux élections.

A partir de 2003-2004 une fraction de l'extrême droite a prôné l'organisation en "Black Block". L'extrême-droite allemande a alors totalement changé: le look "skinhead" encore dominant dans les "camaraderies" a disparu au profit du look "extrême-gauche".
Keffiehs, tags, slogans "anti-capitalistes", cagoules, pulls à capuches, casquettes, badges, patches, t-shirts stylisés, banderoles modernes, logos repris aux autonomes antifascistes, formation de black blocks, mise en avant du "socialisme national" et du principe de "groupes autonomes"... côtoient désormais systématiquement les revendications nationalistes, anticommunistes ("Reds better run", "C4 for Reds"...), anti-antifascistes.


Les "nationalistes autonomes", qui prennent parfois le nom de "socialistes nationaux", ont eu un succès important au sein de l'extrême-droite, grâce à leur côté "moderne" et "jeune". Mettant en avant le drapeau noir (de la révolte mais aussi du "front noir", une organisation fasciste des années 1930), ils profitent de la confusion leur donnant un côté "social-révolutionnaire".


Une confusion qui a un tel succès que leur ligne "national-révolutionnaire", "socialiste nationale", passe tout de même très mal chez certains fascistes, en raison de leur "style", des revendications, ayant même amené une contre-campagne appelée "nos drapeaux sont noirs, pas nos blocs". Les heurts se multiplient par ailleurs entre les deux tendances concurrentes.


Les fascistes se prétendent toujours "révolutionnaires" afin de tromper le peuple. L'existence des "nationalistes autonomes" montre jusqu'où peut pousser cette démagogie fasciste. Tout est dans l'apparence, le contenu restant lui invariablement le même, les différences entre tendances relevant seulement du "style", du type de démagogie pour tromper le peuple.


Les "nationalistes autonomes sont d'ailleurs ultra-violents; l'immense majorité de leurs actions "révolutionnaires" consistent en l'attaque des structures d'extrême-gauche et leurs locaux, l'agression de leurs membres, etc. La surveillance des activités révolutionnaires (appelée "anti-antifascisme") est courante.

Mais les "nationalistes autonomes" ont une ligne agressive en générale; en cela ils ressemblent aux SA. En avril 2008 à Stolberg le "black block" fasciste n'a pas hésité à pour la première fois s'affronter à quelques unités de la police.

Admin
Admin

Messages : 152
Date d'inscription : 22/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://laboite.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum